Filip Kovacevic: La dissolution de l’Otan a d’ores et déjà commencé

Dans l’actuelle confrontation des élites américaines, Donald Trump, qui estime que l’Otan est une structure obsolète, figure parmi ceux qui ont compris qu’insister sur le rôle des États-Unis en tant que gendarme du monde risquait de mener à une 3e Guerre mondiale, signale un expert monténégrin.

 

En tant que produit de la « guerre froide », l’Otan doit être renvoyée à la poubelle de l’histoire avec cette même « guerre froide », a déclaré à Sputnik l’expert monténégrin en relations internationales Filip Kovacevic, professeur invité à l’Université de San Francisco (Californie).

« Cela rendrait possible la réconciliation définitive entre l’Allemagne et la Russie, tout en débouchant sur une politique de stabilité et de prospérité économique à long terme en Europe, mais ce n’est visiblement pas du goût des milieux influents aux États-Unis et au Royaume-Uni, qui ont déjà fait de l’Otan une nouvelle armée d’occupation antirusse à l’est de l’Europe qui a déjà transformé cette partie du continent en camp militaire », a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

Et d’ajouter que tout cela coûtait cher au budget américain, alors que Donald Trump voudrait utiliser cet argent pour résoudre les problèmes intérieurs des Etats-Unis.

« Il réfléchit en bon pragmatique, estimant que si les Européens veulent l’Otan, qu’ils paient pour elle (…) Je pense que le processus de désagrégation de l’Otan qui a déjà commencé fait le jeu de Donald Trump », a poursuivi l’expert.

Et de rappeler que la Turquie, qui possède la deuxième armée de l’Otan, coopérait depuis ces six derniers mois davantage avec la Russie qu’avec l’Alliance atlantique.

« Par ailleurs, les partis populistes de plus en plus puissants en Europe plaident explicitement en faveur de la dissolution de l’Otan, et la prochaine élection présidentielle en France pourrait y contribuer largement, ce pays pouvant, comme au temps du général de Gaulle, tourner le dos à l’Alliance », a indiqué M. Kovacevic.

Par ailleurs, ce dernier a évoqué les spéculations incessantes sur les prétendus liens entre Donald Trump et la Russie.

« Ces soi-disant liens entre Donald Trump et la Russie ont été le principal élément de la campagne présidentielle échouée d’Hillary Clinton (…) Je suppose que d’influents milliardaires de Russie, d’Ukraine et d’Europe centrale se tiennent derrière la prétendue phobie américaine pour Poutine », a relevé l’expert.

Selon ce dernier, Donald Trump souhaite établir avec Vladimir Poutine des relations de partenariat sur un pied d’égalité, ce qui est nécessaire pour prévenir des conflits éventuels en Europe et garantir la coopération entre les deux plus grandes puissances nucléaires dans les sphères relevant de la stabilité globale, qu’il s’agisse de la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue, la prolifération des armes de destruction massive (ADM) ou la cybercriminalité.

Source: Sputnik France, 20.01.2017.